Fertilité

Qu’est-ce que la fertilité ?

La fertilité (ou « fécondité ») désigne la capacité à concevoir des enfants. Certains couples rencontrent des problèmes à cet égard. 




 
Gideon Richter logo

Un couple sur six présente des problèmes de fertilité.1

Gideon Richter logo

Le stress et l'âge sont des causes importantes d'infertilité.

Gideon Richter logo

L'âge moyen pour une première naissance ne cesse d'augmenter.

Qu’est-ce que la fertilité réduite ?

On parle généralement de fertilité réduite ou d’infertilité lorsqu’une femme ne parvient pas à tomber enceinte après un an de rapports sexuels non protégés. De plus en plus de couples présentent des problèmes de fertilité : un couple sur six ne parvient pas à concevoir spontanément un enfant, et ce chiffre ne fait malheureusement qu’augmenter 1.
Lorsqu’un couple ne parvient pas à procréer, la cause se situe : 
  • dans 30 % des cas chez la femme ;
  • dans 30 % des cas chez l’homme ;
  • dans 30 % des cas chez les deux partenaires. 
Chez 10 % des couples qui rencontrent des problèmes de fertilité, aucune cause ne peut être identifiée. On parle alors de stérilité d’origine inconnue ou de stérilité idiopathique 1.

Quelles sont les causes de la fertilité réduite chez la femme ?

Lorsqu’une femme ne parvient pas à tomber enceinte spontanément, plusieurs facteurs peuvent expliquer cette infertilité.

 L’âge

L’une des principales causes de la fertilité réduite est l’âge de plus en plus tardif auquel les couples envisagent d’avoir des enfants. L’âge moyen des mères belges lors de leur premier accouchement a augmenté de plus de deux ans ces dernières années : il est passé de 26,3 ans en 1991 à 28,9 ans en 2016 2.
Lorsqu’une femme présente une fertilité réduite en raison de son âge, cela ne signifie pas qu’il lui est impossible de tomber enceinte. Dans des circonstances normales, les couples âgés de 20 à 35 ans ont 20 à 25 % de chances par cycle de concevoir un enfant spontanément1. Par la suite, la fertilité de la femme diminue systématiquement, tandis que le nombre de fausses couches augmente. À l’âge de 38 ans, la probabilité pour une femme de tomber enceinte spontanément n’est plus que d’environ 10 % par cycle 3. En Belgique, l’âge moyen d’une femme soumise à un traitement FIV avec ses propres ovules est de 35 ans. 8

 Le stress

Le stress joue souvent un rôle important dans les problèmes de fertilité. Non seulement parce qu’il réduit les chances de grossesse, mais aussi parce que le diagnostic et le traitement de l’infertilité sont eux-mêmes une source majeure de stress. 

Autres causes de fertilité réduite chez la femme 1

  • Troubles de l’ovulation : absence de maturation des ovules ou d’ovulation. Les troubles de l’ovulation peuvent être causés par différents facteurs, mais la cause la plus fréquente est le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). 
  • Endométriose : obstruction des trompes de Fallope, empêchant l’ovule fécondé d’atteindre l’utérus.
  • Troubles utérins : anomalies de l’utérus ou du col de l’utérus, inflammation de l’endomètre. 
  • Déficience du système immunitaire.
  • Présence d’une IST (infection sexuellement transmissible) n’ayant pas été correctement traitée.
  • Tabac, alcool…

Quelles sont les causes de la fertilité réduite chez l’homme ?

Chez l’homme, la fertilité dépend de la quantité de spermatozoïdes contenue dans le sperme, du fait que les spermatozoïdes soient correctement formés ou non et du fait qu’ils soient mobiles ou non. Autant de facteurs qui déterminent la qualité du sperme.
Lorsqu’une déficience se produit de sorte que la qualité du sperme n’est pas optimale, il peut être question de fertilité réduite chez l’homme. Mais même chez un homme très fertile, il se peut que les spermatozoïdes soient loin d’être tous assez mobiles pour générer une fécondation 4.

Gideon Richter logo

Comment l’infertilité est-elle diagnostiquée ?

Il est recommandé de prendre rendez-vous dans un centre de fertilité1:

  • Lorsqu’une grossesse se fait attendre pendant plus de 12 mois malgré un cycle régulier et des rapports sexuels fréquents ;
  • Lorsqu’une femme de plus de 38 ans essaie de tomber enceinte depuis plus de six mois ; 
  • Lorsque la femme a un cycle très court (< 21 jours) ou très long (> 35 jours).
 

Afin de poser un diagnostic d’infertilité, une analyse de sang doit être réalisée chez la femme comme chez l’homme. De plus, l’utérus de la femme sera examiné par échographie. Si nécessaire, le gynécologue proposera également une chirurgie exploratoire. Chez l’homme, la qualité des spermatozoïdes sera analysée et un plan de traitement sera établi sur la base du diagnostic posé 5.




 

Quels sont les traitements possibles ? 5,6,7

Un traitement contre l’infertilité peut comporter plusieurs méthodes, parmi lesquelles :  

  • La chirurgie en cas d’obstruction, de kystes ou d’endométriose ; 
  • La stimulation hormonale des ovaires ; 
  • L’insémination intra-utérine ; 
  • La fécondation in vitro (FIV).

Insémination intra-utérine

Dans le cas de l’insémination intra-utérine, des spermatozoïdes mobiles sélectionnés dans le sperme du patient sont injectés dans l’utérus de la patiente en période d’ovulation.  De cette façon, la distance qui sépare les spermatozoïdes de l’ovule est raccourcie et la rencontre entre eux est facilitée, ce qui augmente les chances de grossesse. L’insémination du sperme dans l’utérus peut avoir lieu pendant un cycle naturel ou stimulé.  

Fécondation in vitro

Dans le cas de la fécondation in vitro, les ovaires sont stimulés, de sorte que plusieurs ovules mûrissent simultanément dans les follicules. Une fois que les follicules sont suffisamment développés, leur contenu est aspiré de l’utérus (= ponction). Les ovules qui proviennent des follicules peuvent ensuite être fécondés par des spermatozoïdes en laboratoire, et ce de deux façons différentes : 

  • La mise en culture de l’ovule et de plusieurs spermatozoïdes mobiles sélectionnés (insémination normale ou FIV classique) ; 
  • La micro-injection : sous le microscope, le biologiste injecte un seul spermatozoïde dans l’ovule mature (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ou IICS).

Au bout de 2 à 6 jours après la ponction, un ovule fécondé (embryon) est réimplanté dans l’utérus de la patiente. 

Remboursement du traitement FIV

En ce qui concerne le remboursement des frais liés aux traitements FIV/IICS en Belgique, la loi a fixé des limites d’âge par le biais d’un certain nombre d’arrêtés royaux. La limite d’âge pour le remboursement d’une FIV diffère de la limite d’âge pour recevoir un traitement. La fécondation in vitro est ainsi autorisée en Belgique jusqu’à l’âge de 46 ans, mais le remboursement forfaitaire des frais de laboratoire et des médicaments est limité à l’âge de 42 ans (jusqu’à la veille du 43e anniversaire) et à un maximum de 6 cycles. Les centres doivent également respecter un nombre maximal d’embryons à réimplanter 8.

Aux Pays-Bas, les coûts des trois premiers traitements FIV/IICS par grossesse ininterrompue (grossesse d’au moins 12 semaines) sont remboursés jusqu’à 43 ans par l’assurance maladie de base. Les réimplantations d’embryons sont également remboursées aux femmes de plus de 43 ans si l’embryon est issu d’un traitement garanti qui a débuté lorsque la femme avait 42 ans. Si l’un de ces traitements résulte en une grossesse ininterrompue, la femme ne pourra toutefois plus prétendre à un remboursement. Dès qu’une ponction a eu lieu, on parle officiellement d’une tentative de FIV. Après une grossesse (au moins 12 semaines à partir du premier jour des dernières menstruations), le compteur est remis à zéro 9.





 
Gideon Richter logo

Congélation d’ovocytes pour prolonger la fertilité

La congélation d’ovocytes est un processus au cours duquel les ovocytes sont recueillis dans l’utérus, congelés, puis conservés. La femme est ainsi en mesure de prolonger sa fertilité et d’essayer d’avoir des enfants plus tard. 

Avant que les ovules soient recueillis, la femme reçoit une ou plusieurs séries d’injections d’hormones pour stimuler la production d’ovocytes. Ceux-ci sont ensuite recueillis après environ deux semaines, rapidement congelés et stockés dans des fûts à très basse température. 

Pour plus d’informations sur la congélation d’ovocytes, nous vous invitons à consulter le site www.unbebequandjeseraiprete.be.  




 

Loading Een ogenblik geduld
De pagina wordt geladen
Loading
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Deze website maakt gebruik van cookies

We gebruiken cookies om u de best mogelijke ervaring op onze site te geven. Cookies zijn bestanden die in uw webbrowser worden opgeslagen en worden door de meeste websites gebruikt om uw webervaring te personaliseren.
Door onze website te blijven gebruiken zonder de instellingen te wijzigen, gaat u akkoord met ons gebruik van cookies.

Cookie Policy