Fibromes ou myomes

Qu’est-ce qu’un fibrome  ?

Les fibromes sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) localisées dans la paroi de l’utérus. Leur emplacement précis, leur nombre et leur taille peuvent varier 1.
Les fibromes utérins, également appelés « myomes utérins », sont fréquents. Selon les estimations, entre 20 et 40 % des femmes caucasiennes en âge de procréer y sont confrontées 2. Les experts estiment toutefois qu’il est difficile d’évaluer la prévalence exacte des fibromes utérins, car plus de la moitié des femmes ne présentent aucun symptôme 3.




 
Gideon Richter logo

Les fibromes utérins touchent 20 à 40 % des femmes caucasiennnes en âge de procréer.

Gedeon richter fibromen pijn

Les symptômes les plus fréquents sont des saignements menstruels abondants et des douleurs. 

Gideon Richter logo

Les fibromes peuvent être traités au moyen d'une intervention non invasive, d'une opération ou de médicaments.

Quels sont les principaux symptômes des fibromes ? 

Les fibromes peuvent provoquer des symptômes qui réduisent considérablement la qualité de vie et la fertilité 2. Il est important de consulter un gynécologue lorsqu’un ou plusieurs symptômes ci-dessous se présentent : 
  • Le principal symptôme consiste en des saignements (menstruels) abondants, pouvant causer une anémie et une fatigue chronique ; 
  • Douleur pelvienne ;
  • Pression sur la vessie et l’intestin ;
  • Augmentation de volume de l’abdomen ;
  • Problèmes de fertilité.
Gideon Richter behandeling

Comment traiter les fibromes ? 

Le choix du traitement des fibromes dépend des facteurs suivants 2,4:

  • l’âge de la patiente ;
  • le désir de préserver la fertilité ; 
  • les caractéristiques du (des) fibrome(s) ; 
  • la gravité des symptômes ; 
  • la volonté de la patiente d’éviter une chirurgie. 



 

Traitements médicamenteux

Dans la plupart des cas, les traitements médicamenteux ont pour but de traiter les symptômes causés par les fibromes.

Médicaments pour le traitement des fibromes à court terme

Certains médicaments peuvent être administrés en pré-opératoire pendant quelques mois, principalement afin :  

  • de réduire la taille du fibrome 2, ce qui facilite la chirurgie et la rend moins invasive 6,7 ; ou
  • de corriger une anémie chez la patiente afin qu’elle soit en meilleure santé pour son opération 2,6,7.

Médicaments pour le traitement des fibromes à long terme

Certains traitements médicamenteux peuvent être utilisés à plus long terme pour éviter une chirurgie. Ce traitement à long terme peut être bénéfique pour : 

  • toutes les patientes désireuses d’éviter une opération chirurgicale 7,
  • les femmes qui souhaitent encore avoir des enfants, étant donné que l’impact de la chirurgie sur la fertilité est incertain 7 et que celle-ci peut entraîner des complications ; 
  • les femmes pré-ménopausées souhaitant conserver leur utérus 7,
  • les patientes présentant des facteurs de risque cliniques spécifiques : anémie, diabète, hypertension, obésité morbide ; ou encore les patientes présentant un risque anesthésique marqué 7.

 

Types de médicaments pour le traitement des fibromes

Les différentes classes de médicaments destinés à traiter les fibromes sont reprises ci-dessous.

  • Les pilules contraceptives, les progestatifs et les stérilets 

Ces méthodes permettent principalement de limiter les saignements menstruels abondants causés par les fibromes. Elles n’ont toutefois pas d’action sur la taille des fibromes. 

  • Les analogues de la GnRH

Ceux-ci sont utilisés en pré-opératoire afin de réduire la taille des fibromes et de corriger l’anémie. Des effets secondaires liés à l’état de ménopause artificiel sont néanmoins provoqués par ces médicaments (bouffées de chaleur, perte de densité osseuse). Par conséquent, ce traitement n’est approuvé que pour une thérapie à court terme (pas plus de six mois) 5.

  • Les modulateurs sélectifs des récepteurs de la progestérone (SPRM)
Ceux-ci constituent une classe plus récente de médicaments dans le traitement des fibromes et peuvent être utilisés aussi bien de manière pré-opératoire qu’à long terme 5. Les SPRM permettent notamment : un contrôle rapide et durable des saignements 2,9, une réduction significative de la taille du fibrome 2,9, un soulagement de la douleur pelvienne et une amélioration de la qualité de vie 9.



 
Gideon Richter logo

Interventions non chirurgicales

Il existe également plusieurs options « non chirurgicales » pour traiter les symptômes des fibromes. Certaines sont plus invasives que d’autres. 

  • Embolisation des artères utérines
Cette intervention consiste à injecter des microbilles synthétiques dans les vaisseaux sanguins qui irriguent le fibrome et ainsi à bloquer la circulation sanguine. Le fibrome est alors privé d’oxygène et de nutriments, ce qui entraîne une diminution progressive de son volume d’environ 50 % 10.
 
  • Intervention par ultrasons focalisés guidée par imagerie de résonance magnétique 
Cet appareil délivre des ultrasons de haute intensité vers le fibrome à travers la paroi abdominale. L’échauffement du tissu provoqué par l’échographie permet de détruire les cellules du fibrome
 
  • Myolyse.
Lors de la myolyse, les fibromes présents dans l’utérus sont détruits au moyen d’une énergie focalisée. Cette intervention peut être réalisée lors d’un examen exploratoire peu invasif, mais ne peut cibler qu’un myome à la fois. Cette procédure peut affecter la fertilité et ne convient pas si la patiente souhaite avoir des enfants à un stade ultérieur.



 

Interventions chirurgicales

Si les symptômes persistent et que les traitements ci-dessus se révèlent inefficaces, la patiente peut envisager une intervention chirurgicale. Il est important de discuter de ces procédures, de leurs avantages et de leurs risques avec un gynécologue.

  • Myomectomie.

Cette intervention chirurgicale consiste en l’ablation d’un ou plusieurs fibromes. L’avantage de cette opération par rapport à l’hystérectomie est la préservation de l’utérus, et donc de la fertilité 12. La technique chirurgicale utilisée dépend de plusieurs facteurs comme le nombre de fibromes, leur taille et leur emplacement. La myomectomie peut se faire par  5,12 :

  • Laparotomie, c’est-à-dire une incision dans l’abdomen similaire à celle d’une césarienne ;
  • Laparoscopie, c’est-à-dire de petites incisions ou petits « trous » dans l’abdomen ;
  • Hystéroscopie, qui consiste à retirer le fibrome par voie vaginale (méthode moins invasive).
 
  • Hystérectomie.

Il s’agit de la solution la plus définitive dans le traitement des fibromes, car elle consiste en l’ablation, partielle ou totale, de l’utérus. Les experts s’accordent à dire que « cette opération est réservée aux patientes qui ne peuvent être traitées par les options thérapeutiques précédentes et/ou aux patientes qui ne désirent plus avoir d’enfants »’ 13. L’hystérectomie peut également se pratiquer par voie abdominale, laparoscopique et vaginale 5.




 

Notre site web et notre page Facebook sur les fibromes utérins 

Pour plus d’informations sur les fibromes ou myomes,
 consultez notre page Facebook « Écoute ton corps parler »  ou notre site internet « Fibroidsconnect »

Références

  1. Viswanathan M et al. (2007). Management of Uterine fibroids: An update of the evidence. Evidence report/Technology Assessment, Jul (154):1-122. 
  2. Donnez, J. et al. (2012). Ulipristal Acetate versus Placebo for Fibroid Treatment before Surgery. N ENGL J MED. Vol 366; 5, 409-420.  
  3. Mentrop K. & Vandromme J. (2016). https://fr.medipedia.be/fibrome-uterin/comprendre/une-tumeur-benigne-et-frequente, consulté le 6 novembre 2019 
  4. Fernandez H, et al. (2017). Economic impact of ulipristal acetate on surgical procedures for uterine fibroids in France.  BMJ Open, Vol 7, 1-10. 
  5. Donnez, J. et al., (2014). With the advent of selective progesterone receptor modulators, what is the place of myoma surgery in current practice? Fertility and Sterility® Vol. 102, No. 3, 640-648 
  6. Pourcelot AG, et al. (2017). Place of ulipristal acetate in the management of uterine fibroids: preoperative treatment or sequential treatment? J Gynecol Obstet Hum Reprod; Vol 46:249-254. 
  7. Fernandez H., (2018). Ulipristal acetate and SPRM: a new entity for the therapeutic strategy for symptomatic myomas. Gynecol Obstet Fertil Senol; Vol 46:671-672 
  8. Fernandez H, et al. (2017). Real world data of 1473 patients treated with ulipristal acetate for uterine fibroids: Premya study results. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology. Vol 208, 91–96 
  9. Donnez J, et al. (2016). Long-term medical management of uterine fibroids with ulipristal acetate. Fertil Steril; Vol 105:165–73
  10. Mentrop K. (2016). https://fr.medipedia.be/fibrome-uterin/m%C3%A9dicaments/lembolisation-des-arteres-uterines, consulté le 12 novembre 2019 
  11. CHU Bordaux, https://www.chu-bordeaux.fr/Espace-m%C3%A9dia/Archives/Traitement-des-fibr%C3%B4mes-ut%C3%A9rins-par-ultrasons-focalis%C3%A9s-de-haute-%C3%A9nergie/,  consulté le 12 novembre 2019 
  12. Kongnyuy, EJ. & Wiysonge, CS. (2014). Interventions to reduce haemorrhage during myomectomy for fibroids (Review). Cochrane Database of Systematic Reviews, Issue 8, 1-127. 
  13. Mentrop K. (2016). https://fr.medipedia.be/fibrome-uterin/chirurgie/hysterectomie, consulté le 12 novembre 2019

Loading Een ogenblik geduld
De pagina wordt geladen
Loading
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Deze website maakt gebruik van cookies

We gebruiken cookies om u de best mogelijke ervaring op onze site te geven. Cookies zijn bestanden die in uw webbrowser worden opgeslagen en worden door de meeste websites gebruikt om uw webervaring te personaliseren.
Door onze website te blijven gebruiken zonder de instellingen te wijzigen, gaat u akkoord met ons gebruik van cookies.

Cookie Policy